Africa teaching

Un bug informatique coûte près de 2 milliards d’euros à l’assurance-vieillessse

Un bug informatique coûte près de 2 milliards d’euros à l’assurance-vieillessse

Une erreur informatique remontant à 1984 s’est traduite par un calcul erroné des retraites pour plusieurs millions de salariés. L’Etat chiffre le coût de ce bug à 1,8 milliard d’euros, le Canard enchaîné à 2,5 milliards.

Une erreur de programmation dans le calcul des retraites, remontant à 1984, devrait coûter à l'Etat au moins 1,8 milliard d'euros. Mais le Canard enchaîné fait lui un autre calcul pour aboutir à un total de 2,5 milliards d'euros.

Cette erreur informatique commise en 1984 s'est traduite par une mauvaise comptabilisation des trimestres dans le calcul des pensions de retraite. Dans un premier temps, la caisse nationale d'assurance-vieillesse (CNAV) a relativisé les conséquences de ce bug, en chiffrant le coût à 300 millions d'euros.

La CNAV révise ses prévisions à la hausse

Mais l'administration a dû depuis réévaluer ses chiffres. L'erreur ne concerne donc plus seulement 630 000 personnes, mais « quelques millions ». D'après la présidente de la CNAV, Danièle Karniewicz, la charge sera donc de 900 millions d'euros, d'ici à 2050.

Touterfois le ministre du budget, Eric Woerth, révise à son tour le montant de la facture. L'Etat s'est engagé à ne pas revoir à la baisse les pensions de retraites concernées par le bug. Cela ajoute donc 1,2 milliard d'euros de dépenses futures. Ce total est majoré de 600 millions d'euros au titre des retraites erronées déjà versées. En tout, la note s'élève ainsi à 1,8 milliard d'euros.

Le Canard enchaîné ajoute encore 700 millions d'euros

Le ministère tente toutefois de minimiser l'impact de ce bug, expliquant que cette charge supplémentaire de l'assurance-vieillessse s'échelonnera sur 50 ans. Mais le Canard enchaîné, citant les premiers éléments d'une enquête de l'inspection des finances et des affaires sociales, contredit les chiffres d'Eric Woerth.

Selon le journal satirique, cette erreur dans le calcul des trimestres pèserait bien plus, 2,5 milliards d'euros. Il faudrait en effet encore comptabiliser 700 millions d'euros, représentant les pensions des personnes nées entre 1949 et 1955, et toujours pas parties en retraite. Les conclusions de l'inspection des finances et des affaires sociales sont attendues mi-juin.


Par Christophe Auffray, ZDNet France



06/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres