Africa teaching

MS DOS

MS DOS

Historique                                                                               
 L'abréviation de DOS signifie "Disk Operating System", c'est à dire système d'exploitation pour disquettes/disques, ce qui en dit déjà long sur l'origine de ce système. Il est né à une époque où le chargement du système d'exploitation s'effectuait à partir d'une disquette système, la plupart des appareils ne disposant pas alors de disque dur.

Lorsque le PC d'IBM fut présenté au public en 1981, le système d'exploitation MS/PC-DOS développé par Microsoft voyait le jour. Il était conçu pour le micro-processeur 8086/8088 de INTEL et offrait des performances acceptables pour l'époque.

La version 2.0 de MS-DOS fut présentée avec introduction sur le marché des micro-ordinateurs XT/IBM qui disposaient d'un disque dur intégré. Equipés d'un lecteur de disque dur, ils offraient, à l'instar du système d'exploitation UNIX, une organisation de fichiers en répertoires et sous-répertoires. La capacité maximale des disques durs avec DOS 2.0 et la version suivante 2.11 corrigée ne pouvait dépasser les 32 méga-octets, une capacité amplement suffisante pour les besoins d'alors.

A l'origine de la parution de la version 3.0 du DOS, on trouve à nouveau une augmentation de performance du matériel. Les micro-ordinateur de la génération AT de chez IBM étaient équipés d'un lecteur de 1,2 méga-octets ; vinrent ensuite des disques durs de grande capacité dont l'utilisation fut rendue possible par la version 3.3 de MS-DOS. Ce système d'exploitation était en effet capable de structurer le disque dur en plusieurs partitions, en attribuant à chacune d'elle une lettre différente. Toutefois, chaque partition ne pouvait dépasser les 32 Mo. Cette version s'avéra bientôt capable de supporter des formats de disquettes de 1,4 Mo. MS-DOS 3.3 s'avéra être un système d'exploitation fiable et flexible, à la hauteur de toutes les exigences. Il est, aujourd'hui encore, utilisé sur de nombreux systèmes.

C'est ainsi que naquis, et ce pour la première fois, un concurrent de Microsoft. La société Digital Research, à l'origine du système d'exploitation CPM, mit sur le marché son propre système d'exploitation DR DOS compatible avec la version 3.3 de MS-DOS. Celui-ci offrait, mis à part un prix moins élevé pour la version 3.41, la possibilité de gérer des partitions de disque dur supérieures à 32 Mo.

En fait, le DOS n'est pas accessible directement à l'utilisateur. C'est un ensemble de routines matérielles et logicielles gérant les différents éléments de l'ordinateur. Ces routines sont regroupées en catégories nommées interruptions. Il n'est pas nécessaire pour un utilisateur d'en savoir davantage. Ce dernier ne pouvant accéder de lui-même à ces routines (fort heureusement pour lui, car cela serait fastidieux). Un programme nommé "interpréteur de commande DOS" (le COMMAND.COM par défaut) a été conçu pour palier à ce problème. La suite de ce document a pour but de vous expliquer le "langage" de cet interpréteur, qui vous permettra de gérer vos fichiers, et d'exécuter vos programmes.                                                                                  
Il est vrai qu'aujourd'hui, il est plus facile d'utiliser une interface visuelle avec une arborescence gérée à la souris, mais il faut comprendre que l'ensemble des propriétés de l'interpréteur DOS s'y retrouve (et même forme la base de ces interfaces).

La particularité du DOS est qu'il a été rendu célèbre par le succès de Microsoft, et qu'il est le programme de base nécessaire au fonctionnement de Microsoft Windows. Ce succès fait souvent confondre Ms-DOS et DOS, alors qu'il existe d'autres DOS.

Depuis Windows 95, Ms-DOS et Windows semblent indissociables, alors qu'auparavant, il était tout à fait possible d'utiliser DR-DOS pour lancer Windows.

Le DOS est le système d'exploitation le plus connu, sa version la plus commercialisée est celle de Microsoft, baptisée MS-DOS (il en existe d'autres comme DR-DOS). MS-DOS a vu le jour en 1981 lors de son utilisation sur un IBM PC.

Présentation du système                                                                       
Le DOS, comme tout système d'exploitation, contrôle les activités de l'ordinateur.
Il gère des opérations telles que la circulation, l'affichage, et l'entrée de données entre les divers éléments constitutifs du système.

Le rôle du DOS est d'interpréter les commandes saisies au clavier par l'utilisateur.
Ces commandes permettent d'effectuer les tâches suivantes :

- la gestion des fichiers et des répertoires
- la mise à jour des disques
- la configuration du matériel
- l'optimisation de la mémoire
- l'exécution des programmes

Ces commandes sont tapées à l'invite, c'est-à-dire dans le cas de MS-DOS (Microsoft DOS, le plus connu) une lettre d'unité suivi d'une barre oblique inverse (antislash), ce qui donne A: ou C: par exemple.

Description des commandes

dir liste le contenu d'un répertoire
cd change de répertoire
cd .. répertoire parent
md ou mkdir crée un nouveau répertoire
deltree supprime un répertoire, ainsi que l'ensemble de ses sous-répertoires
copy, xcopy copie de fichier
move déplacement de fichier
del supprime le fichier
type affiche le contenu du fichier
type |more affiche le contenu du fichier avec des pauses
help  aide sur la commande demandée
print imprime le fichier demandé
attrib (-/+r, -/+a, -/+s, -/+h) change les attributs d'un fichier (- désactive, + active, r: lecture seule, a: archive, s: système, h: fichier caché)
format formate le lecteur demandé
label donne un nom de volume à un lecteur
ver donne le numéro de version

Les versions du MS DOS                                                                 
Depuis la version 1.0 (août 1981) jusqu'à la version française 5.0 (juin 1991), le système d'exploitation MS-DOS a connu de nombreuses modifications dont l'essentiel est repris ci-dessous.

DOS 1.0 (1981) :

Cette première version de DOS est apparue en même temps que le PC d'origine soit en 1981. Cette version de DOS n'offrait que quelques commandes. Il ne gérait que des disquettes simple face d'une capacité de 163 840 octets. Version tout à fait abandonnée.

DOS 1.1et 1.25 (1982) :

Plusieurs des commandes existantes aujourd'hui était absente sous cette version ou était moins puissante. Par exemple, la gestion des disques durs n'était pas très efficace. L'amélioration apportée à DOS 1.0 est à l'effet que les disquettes double face peuvent être traité. La capacité d'une disquette atteint 327 680 caractères (360 Ko). Versions tout à fait abandonnées.

DOS 2.0 et 2.01 (1983) :

De nouvelles commandes firent leur apparitions. Par exemple, on peut créer des répertoires Aussi, il existe un programme qui gère la tâche de l'imprimante. En outre, avec l'apparition du IBM PC/XT en mars 1983, qui avait un disque dur permettant de disposer de 10 Mégaoctets et supportant les caractères internationaux, ils leurs fallaient un système d'exploitation. Ce disque était géré par le DOS.

Ces versions peuvent gérer des disques durs (maximum 10 Mo) . Versions tout à fait abandonnées.

DOS 2.1 (1983) :

Cette version fut réservée à IBM. Le IBM-PC jr était supporté par ce DOS. Aussi, il y eu quelques améliorations mineures. Enfin, le système d'exploitation peut gérer une mémoire de travail de 128 K octets.

DOS 2.11 et 2.25 (2.10 en "PC-DOS")(1983):

C'est par l'entremise de cette version que MS DOS fur largement diffusé. Elle fut traduite en 60 langues. Elle fut distribuée à des firmes autres que IBM. Il est possible à un ordinateur fonctionnant sous Dos 2.11 de lire les disquettes sous Dos 1.1 mais l'inverse n'est pas vrai. Enfin, Dos 2.11 peut préparer des disquettes pour Dos 1.1.

Cette version corrige les bugs des versions 2.x précédentes. Par rapport à la version 1.x, elle offre 26 nouvelles commandes.                                                                              
Ces versions furent les plus diffusées et et traduites en plusieurs langues.

 DOS 3.0 (1984) :

Cette version de Dos fut introduite pour supporter de nouvelles technologies. Par exemple, il supporte le IBM-AT qui était muni du processeur 80 286 d'Intel. Ces machines roulaient à 8 à 10 MHZ et reconnaissaient les disquettes à haute densité.

Version permettant de gérer de très nombreux disques durs (jusqu'à 40 Mo) et des disquettes de 1,2 Mo.

DOS 3.1 (1984) :

Cette apparition du Dos est très importante car avec cette version Dos peut gérer les réseaux locaux.C'est ainsi qu'il controlait les fichiers, le partage de l'imprimante et l'accès aux répertoires.

Cette version corrige quelques bugs de la précédente version.

DOS 3.2 (1986) :

Cette version gérait les lecteurs de 3 pouces 1/2. Aussi, elle comportait de nouvelles commandes.

 DOS 3.3 (1987) :

Cette version est sortie d'abord chez IBM, en même temps que les ordinateurs de la gamme PS/2. Les différents jeux de caractères nationaux et les caractères spéciaux correspondants sont supportées par l'écran et par l'imprimante. Cependant, ces différentes nouveautés ne sont pas accessibles à tous car il faut disposer d'une carte graphique couleur spéciale ainsi que d'une des deux imprimantes spéciales d'IBM.

Elle offre plusieurs commandes nouvelles, ainsi qu'une nouvelle définition de disquette : les disquettes 3,5" au format 1,44 Mo et la possibilité de supporter un disque dur de 128 Mo. Grâce à un nouveau "Code Page", il devient possible de créer pour chaque pays un environnement encore plus familier.
Cette nouvelle version supporte également quatre sorties série (au lieu de deux) et une transmission à 19200 bps ainsi que les nouveaux écrans analogiques du PS/2 et les écrans à cristaux liquides du portable.

 DOS 4.0 (1988) :

D'après plusieurs, tant utilisateurs qu'experts, il s'agit d'une version décevante. Une note divergeante à ces opinions est à l'effet qu'il y a simplification de Dos. En effet, l'installation de Dos est simplifiée Aussi, Dos possède sa propre interface utilisateur graphique que l'on appelle le DOS-SHELL. On retiendra en outre quelques nouvelles commandes permettant de gérer la mémoire paginée, beaucoup d'améliorations portant sur les caractères internationaux et le code page, la possibilité de gérer un disque dur de grande capacité en une seule partition.

Avec Dos 4.0, chaque disque peut contenir jusqu'à 2 Giga Octets.

Version offrant plusieurs nouveautés dont une interface visuelle qui n'est pas sans rappeler Windows.

DOS 4.01 (1988) :

La version 4.01 corrige les bugs de la version 4.0

 DOS 5.0 (1991) :

Version offrant plusieurs nouveautés surtout au niveau de la gestion de la mémoire.Il y eu plusieurs améliorations par l'introduction de cette version de Dos.

Entre autre, il y a apparition de nouvelles commandes. Par exemple, génération de macrocommandes avec Doskey. Il y a aussi introduction d'une commande help. Par cette commande, on décrit une commande. Par exemple, on peut décrire la commande Dir. Il est également possible de gérer des disquettes de 2.88 Mo. L'interface Doskey est améliorée. Enfin, il y a une nouvelle gestion de la mémoire centrale.

L'interface graphique a été entièrement repensée et est infiniment plus conviviale. Cette version est la première a être vendue dans le commerce.

 DOS 6.X (version 6.0,6.2,6.21 et 6.22)

On solutionne ici quelques problèmes mineures. En outre, apparaissent de nouvelles commandes. Ces nouvelles commandes touchent entre autre la mémoire, l'éradiction des virus etc... Il y a aussi introduction de double space. Il s'agit là d'un programme de compression de disque qui donne la possibilité de mettre plus de données sur le disque dur.

 DOS 7.0:

Par cette version, il y a fusion entre Windows 95 et Dos qui en fait parti. Aussi, il y a support pour les long fichiers lorsque Windows est en marche.

 DOS 7.1:

Cette version est incluse dans Windows 98. Aussi, il y a support pour le disque fat 32. Il y a plus de support pour mettre les données sur les disques durs.

 DOS 8.0:

Il est présent avec Windows Millenium edition. Plusieurs disent qu'il ne s'agit pas d'une vraie version de MS DOS. La dernière vraie version de Dos était présente dans Windows 95 OSR2 ou Windows 98. Enfin, il y a quelques changement dans command.com.

Démarrage de l'ordinateur                                                       
Au cours du démarrage de l'ordinateur, le processeur lit d'abord les instructions inclues dans le BIOS. Ensuite, il lit les instructions présentes sur la disquette (si une disquette est insérée) ou sur le disque dur. Il va d'abord lire 3 fichiers systèmes cachés: command.com, io.sys et dos.sys (dans le cas d'un DOS Microsoft).

Viennent ensuite la lecture de deux (2) fichiers de commandes optionnels:

config.sys est réservés aux pilotes hardwares

autoexec.bat reprend généralement des commandes utilisateurs.



27/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres