Africa teaching

Comment créer son entreprise ou startup dans l’univers de la blockchain ?

Comment créer son entreprise ou startup dans l’univers de la blockchain ?

PAR CONTRIBUTEUR WIKICREA • PUBLIE 11/06/2017 • MIS A JOUR 14/06/2018

Qu’est-ce qu’une crypto-monnaie (définition) ? Qu’est-ce que la blockchain ? Quel est l’intérêt des crypto-monnaies ? Comment et pourquoi créer une crypto-monnaie ?


La blockchain c’est quoi, comment ça marche ?
La blockchain signifie en français chaîne de blocs, c’est une base de données transparente, sécurisée et décentralisée qui utilise la cryptologie (cryptage des transactions). Cette base de données distribuée est protégée contre la falsification et possède tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Partagée par ses différents utilisateurs et sans intermédiaire chacun vérifie la validité de la chaîne. Une blockchain peut être publique, privée ou bien les deux et peut être comparable à un grand livre comptable public anonyme et infalsifiable. Plusieurs types de technologie et de consensus prédominent au sein d’une blockchain :
•    POW (proof of work) : preuve de travail. Utilise le minage (puissance de calcul des processeurs et cartes graphiques d’ordinateur) pour valider les transactions.
•    POS (proof of stack) : preuve de participation ou d’enjeu. Utilise une certaine quantité de crypto-monnaie pour valider les transactions.
Certaines variantes peuvent exister en fonction de la crypto-monnaie. Ce qui différencie principalement POW de POS est que POW demande beaucoup plus de ressource que POS notamment au fur et à mesure que la crypto-monnaie se développe et que de nouveaux blocs sont créés. En effet, le hachage devient de plus en plus complexe dans le temps si le nombre de transaction augmente. Cela consomme donc évidemment beaucoup plus d’énergie.

 

Les deux principaux algorithmes de hachage utilisés sont :
•    SHA-256
•    Scrypt
Les blockchains pourraient remplacer la plupart des « tiers de confiance » centralisés comme pour les métiers de banques, notaires, assurances, etc.

 

L’utilisation de la blockchain peut se distinguer en trois catégories :
•    Applications de transfert d’actifs (monétaire, titres, votes, actions, obligations, etc.).
•    Applications de la blockchain en tant que registre (traçabilité des produits et des actifs).
•    Smart contracts (programmes autonomes qui exécutent automatiquement les conditions et termes d’un contrat, sans intervention humaine une fois démarrés).


Le processus de transaction sur la blockchain varie de quelques secondes à quelques minutes en fonction de la blockchain utilisée ce qui est beaucoup plus rapide qu’un virement SEPA.


Beaucoup de crypto-monnaie utilise le principe du “wallet” c’est à dire un portefeuille numérique qui est proposé par la blockchain en question depuis leur propre site Internet généralement. Ce portefeuille est souvent décliné pour les différents systèmes d’exploitation : Windows, Mac, Linux. Une fois l’application installée sur votre système d’exploitation une clé publique et privée est automatiquement générée sous forme d’un fichier wallet.dat (sauvegardez bien ce fichier car si vous le perdez vous aurez alors tout perdu). Une fois que toute la blockchain sera téléchargée sur votre disque dur, votre portefeuille sera synchronisé et vous pourrez dès lors effectuer des transactions depuis ce même portefeuille (émission/réception). Pensez à le verrouiller si vous ne l’utilisez pas.
Nous pouvons donc dire que posséder des unités (jetons) d’une crypto-monnaie est comme être actionnaire de celle-ci. Il est toujours possible de revendre ou d’échanger les unités stockées dans votre portefeuille en passant par des plateformes en ligne sécurisées et spécialisées qui convertiront vos unités soit vers une autre crypto-monnaie désirée soit directement en euro via un virement SEPA (sauf si la crypto-monnaie disparaît des radars du jour au lendemain car il n’y a aucune garantie). Le processus d’achat fonctionne de la même manière. A noter que très peu de crypto-monnaies permettent la conversion en monnaie FIAT (€, $, etc.), Bitcoin le permet.
IMPORTANT : Pensez à sécuriser vos cryptos-actifs car ceux-ci sont vulnérables, notamment sur les plateformes d’échanges (piratage informatique de Mt. Gox). Vous pouvez par exemple sécuriser vos crypto-monnaies en utilisant un Ledger Nano S (portefeuille numérique) dont un certain nombre de crypto-monnaies sont prises en charge. Sinon, vous pouvez détenir vos propres clés publiques & privés mais attention à ne pas les perdre car sans celles-ci vous ne pourrez plus réaliser de transactions et vos fonds seront bloqués à tout jamais !

Quand, pourquoi et comment est apparue la blockchain ?
La blockchain est apparue avec la création de Bitcoin (système monétaire autonome limité à 21 millions d’unités), la première crypto-monnaie créé en 2008 dont son auteur “Satoshi Nakamoto” n’a toujours pas été identifié.
Elle fut lancée en 2008 suite la crise financière et annoncée comme une alternative au système bancaire classique et centralisé.


Quel cadre juridique pour la blockchain ? Est-ce légal ?
Bien que la blockchain se soit démocratiser au cours de ses dernières années, aucun cadre juridique n’existe autour de celle-ci. Cela ne veut pas dire pour autant que son utilisation et la participation à l’environnement blockchain en est interdite car elle représente pour de très nombreux acteurs un avenir certain. Avenir technologique déjà présent et utilisé par des centaines entreprises et startups. Cette technologie commence à s’intégrer dans les systèmes informatiques, bancaires et d’information. Ceci est comparable à l’arrivé d’Internet dans les années 1990 via le “World Wide Web”.


Certains pays et états commencent d’ailleurs a accepter l’utilisation de la crypto-monnaie ou comme le Bitcoin en lui donnant un cadre légal. Ce phénomène devrait s’intensifier dans les années futures.
Je vous invite à lire ce rapport sur l’encadrement des monnaies virtuelles.
Nous entendons aujourd’hui parler de plus en plus de crypto-actifs et non de crypto-monnaies preuve que le marché s’oriente vers la reconnaissance du jeton ou token comme un actif financier.


Ce sujet est d’ailleurs actuellement traité au Sommet du G20 à Buenos Aires en Argentine et en pourparler à l’assemblée nationale via une mission d’information. Le rapporteur de la mission d’information est le député parisien Pierre Person.
 



27/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres