Africa teaching

Windows 7 va-t-il s'imposer ? L'avis des analystes

Windows 7 va-t-il s'imposer ? L'avis des analystes



Après le flop relatif de Vista, comment sera accueilli le nouvel OS de Microsoft ? Nous avons interrogé les experts des cabinets Gartner, IDC, Ovum/DataMonitor : tous prévoient une adoption rapide de Windows 7 aussi bien en entreprises qu'auprès des particuliers, mais pas en raison de ses qualités propres... Explications.


Fin du support de XP, obligation de migrer vers Windows 7

Pour Gartner, le succès de Windows 7 est programmé pour des raisons qui n'ont pas grand chose à voir avec la qualité intrinsèque du nouvel OS de Microsoft.

 « A cause de l'échec de Vista, de nombreux professionnels sont restés sous Windows XP. Or avec la fin programmée par Microsoft du support de cet OS, ils vont être obligés de migrer vers Windows 7 » explique Ranjit Atwal, analyste chez Gartner.

« Le gros de cette migration va s'opérer à partir de la mi-2010 et sur l'ensemble de l'année 2011, date à laquelle Microsoft arrêtera de supporter Windows XP. Il n'y aura pas vraiment de choix et Windows 7 sera le prochain OS vers lequel les professionnels migreront » explique-t-il.

Compatibilité avec Windows XP

Autre avantage sur ces prédécesseurs mis en exergue par Stephane Krawczyk, analyste d'IDC :  le mode de compatibilité avec les versions précédentes de Windows. « La possibilité de virtualiser des sessions Windows XP va grandement faciliter son adoption en entreprise » explique-t-il .

De même, la possibilité de revenir vers Windows XP à partir des licences Windows 7 Professional et Ultimate devrait être un atout dans le choix des DSI.

Enfin, Stephane Krawczyk met en avant un meilleur rapport performance-autonomie des batteries sous Windows 7 pour expliquer une pénétration rapide du nouvel OS de Microsoft sur le segment des PC portables professionnels.

Taux d'adoption rapide du nouvel OS

Jonathan Yarmis d'Ovum dresse un constat identique : « Sur le marché entreprise, nous allons constater un taux d'adoption plus rapide (que sur le marché grand public) pour des raisons qui n'ont rien à voir avec une quelconque excitation pour cette plate-forme. La plus importante étant qu'il y a en entreprises de nombreux systèmes sous Windows XP en fin de vie qui ne vont plus être supportés, d'où le besoin de remplacer ces machines vieillissantes. De nombreuses sociétés ont bloqué les migrations vers Vista pour une multitude de raisons et ils pourraient regarder Windows 7 d'un oeil favorable ».

Il prédit même une adoption rapide de l'OS, « avant la sortie d'un Service Pack 1 » car l'OS s'est avéré largement meilleur que Vista très tôt lors de sa phase de conception et de test. Pour autant, Jonathan Yarmis ne croit pas que « tout cela ait le moindre rapport avec une forme d'engouement pour la plate-forme. Cela a résolu un problème de licences pour de nombreuses sociétés. Rien de plus ».

 
Le marché Grand public

L'effet Netbook va favoriser l'adoption de Windows 7

Sur le marché grand public, les analystes considèrent que Windows 7 devrait s'imposer sans peine, même si le rythme d'adoption devrait être comparable à celui de Windows XP en son temps (voir graphique ci-dessous). C'est en tout cas l'avis de Stephane Krawczyk d'IDC. Il table aussi sur un effet « netbook » pour justifier un taux d'adoption rapide pour ce système d'exploitation chez les particuliers.

 

« Aujourd'hui, le marché des netbooks et des ultra-notebooks représente environ 20 % du marché mondial des PC. Avec la version Starter de Windows 7 qui sera intégrée sur la majorité des nouveaux modèles de ce segment, Microsoft devrait réussir son coup et imposer Windows 7 assez facilement » explique-t-il. Pour autant, d'après lui, il ne faut pas s'attendre à une embellie des ventes de PC.

Légère augmentation des ventes de PC... pas forcément en raison de l'OS
« Il y aura une légère augmentation des ventes de PC en fin d'année, mais pas forcément à cause de Windows 7. L'explication tiendrait plutôt dans la fin d'un cycle de renouvellement qui verra des consommateurs passer directement de XP à Windows 7 ». En revanche, du fait de la compatibilité de Windows 7 avec la majorité des applications et périphériques fonctionnant sous XP, il ne pense pas que le lancement du nouveau système d'exploitation de Redmond aura la moindre incidence sur les ventes de logiciels et d'accessoires.

Des points de vue que partage Ranjit Atwal, Principal Analyst chez Gartner. Pour lui « si Wall Street s'attend à un véritable coup d'accélérateur pour les ventes de PC du fait du lancement de Windows 7, il s'agira plutôt d'un facteur de stimulation du marché. La machine marketing et publicitaire de Microsoft va d'ailleurs tout faire pour, particulièrement en Europe. Mais de toute façon, les consommateurs n'auront pas vraiment le choix : s'ils veulent un nouveau PC, il sera forcément sous Windows 7 ».

La concurrence d'Android, un frein à l'hégémonie rapide de Seven?
Selon lui, par ailleurs, l'arrivée de nouvelles technologies, comme les écrans tactiles, devrait aussi faciliter son adoption. A contrario, Ranjit Atwal voit le lancement de systèmes d'exploitation concurrents tel Android de Google comme un possible frein à une hégémonie rapide Windows 7 sur le marché grand public.

Un timing excellent pour Microsoft

D'autres  analystes, comme Jonathan Yarmis d'Ovum/DataMonitor pointe le manque de réelles nouveautés de cette septième mouture principale de Windows : « Tout le buzz et l'excitation autours de Windows 7 vont probablement entraîner certains consommateurs en magasin. En cela, avec l'approche de la saison des fêtes de Noël qui est critique pour les ventes, le timing est excellent... Pour autant, l'excitation tient plus de ce buzz et de l'agitation autour de Windows 7 que d'un réel engouement pour des nouveautés. Si réparer ce qui ne fonctionnait pas avant (la sécurité, les performances) constitue une avancée, alors dans ce cas, voici la seule avancée ».


Pas de vraie avancée technologique

Pour Jonathan Yarmis, Windows 7 ne change « pas vraiment la façon dont les gens utilisent un ordinateur et il ne libère pas plus le potentiel créatif des développeurs d'applications ». C'est plutôt du côté du « web et de ses applications tournant à partir d'un navigateur ou d'un appareil mobile qu'il faut se tourner en 2009 pour trouver la créativité » conclut-il.


Zdnet.fr


Par Vincent Birebent, ZDNet France
 


28/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres