Africa teaching

UNE FAILLE DE WINDOWS À L’ORIGINE DE LA CYBERATTAQUE

image.jpg

Une faille de Windows à l’origine de la cyberattaque

 

Une vague massive de cyberattaques a frappé simultanément des entreprises et structures gouvernementales en Ukraine et Russie, avant de se répandre dans d’autres pays. Selon Microsoft, elle a utilisé une faille de Windows.

 

 

Une nouvelle cyberattaque d’ampleur mondiale a visé mardi 27 juin de grandes entreprises et des services publics de plusieurs pays, notamment en Russie, en Ukraine, mais aussi au Danemark, en France, en Grande-Bretagne, en Norvège, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

 

 

D’après Microsoft, le virus pourrait se propager par une faille qui a fait l’objet d’un correctif lors d’une mise à jour de sécurité proposée en mars. « Nous continuons d’enquêter et prendrons les mesures appropriés pour protéger nos clients », a expliqué un porte-parole de la firme américaine.

 

 

Le virus utilisé dans le cadre de cette nouvelle attaque intègre un code connu sous le nom d' »Eternal Blue », dont les spécialistes en cybersécurité pensent qu’il a été dérobé à la NSA, l’agence américaine de sécurité nationale, et a déjà servi lors d’une cyberattaque le mois dernier.

 

 

Il présente des ressemblances avec le virus Wannacry, qui avait défrayé la chronique début mai. Ce logiciel malveillant avait pris en otage des centaines de milliers d’ordinateurs de par le monde. Leurs utilisateurs ne pouvaient plus accéder aux données sauf à payer une rançon. Cette fois-ci, la rançon exigée est de 300 dollars par ordinateur infecté et le virus empêche les utilisateurs d’allumer leurs ordinateurs.

 

 

Ouverture d’une enquête en France

 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur cette nouvelle cyberattaque pour « accès et maintien frauduleux dans des systèmes de traitement automatisé de données », « entrave au fonctionnement » de ces systèmes, « extorsions et tentatives d’extorsions ». En France, le géant publicitaire britannique WPP, l’industriel français Saint-Gobain, le distributeur Auchan et la SNCF ont indiqué avoir été touchés.

 

 

« Le niveau de cette attaque est sans précédent », a commenté le secrétaire d’État français au Numérique Mounir Mahjoubi.

 

 

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, la police nationale a précisé que le logiciel malveillant était susceptible de toucher toutes les versions du système d’exploitation Windows et a recommandé de ne payer aucune rançon.

 

 

France 24

 

 

 

     



    29/06/2017
    0 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 125 autres membres