Africa teaching

MacBook Air : le bilan des premiers clients

MacBook Air : le bilan des premiers clients

Six mois que le MacBook Air est arrivé chez Apple. Sous des sifflets d'admiration pour sa ligne et les choix techniques opérés, mais aussi sous des sifflets tout court suite aux conséquences de ces mêmes partis pris : connectique au régime sec, DVD externe et en option, tarifs de milieu de gamme, etc.

Nous avons demandé à huit utilisateurs de la première heure (certains ont passé commande le jour de son annonce par Steve Jobs), de nous faire le bilan de leurs journées avec le MacBook Air.

Tout n'est pas parfait pour ces pionniers de l'ultra léger signé Apple, mais aucun ne regrette son achat. Une somme d'expériences qui devrait apporter nombre de réponses à ceux tentés par ce MacBook Air.


Des profils en phase avec ceux d'Apple
Ils ont entre 22 et 42 ans, ils sont étudiants pour quatre d'entre eux, agent d'assurance, brokeur, professeur de lycée et directeurs de société pour l'autre moitié. On retrouve, ne serait-ce qu'avec les étudiants, l'un des profils de clients ciblés par Apple. Ils ont déjà plusieurs mois d'expérience sur cette machine puisqu'ils l'ont achetée entre janvier et avril dernier. Tous ont choisi le modèle standard à 1.6 GHz, sauf Max, le brokeur, qui a opté pour le 1.8 GHz. Aucun en revanche n'a retenu l'option disque SSD (stockage sur mémoire flash), jugée trop bien trop chère au vu de la capacité offerte (64 Go contre 80 Go avec un disque dur classique).


Mac de remplacement ou de complément
Stéphane, étudiant en droit, et François en école de commerce ont ajouté le MacBook Air (MBA) à leur iMac. Chez François, il a remplacé un MacBook de première génération. Pour Gaëtan, étudiant en histoire de l'art, il succédait à un PowerBook G4 alors que pour son amie Florence, étudiante dans le même domaine, il s'agissait de son premier Mac.

Pour Max et Pierre-Marie, professeur en lycée, il vient également compléter un iMac 24" et remplace pour l'un un MacBook Pro et pour l'autre un MacBook.

Chez les deux autres utilisateurs, le parcours est plus singulier. Ainsi pour Christophe, directeur de société "Le MacBook Air a pris le relai de mon iBook G3/466 MHz "Palourde" acheté il y a un an et qui a été mon premier Mac en utilisation professionnelle". Un tel équipement en 2007 peut faire sourire sinon surprendre, mais pour cet utilisateur il s'agissait de tester à moindres frais la faisabilité d'un passage du PC au Mac. Sa dernière expérience avec Apple remontant au Mac SE…

"J'ai conservé dans un coin de mon bureau un vieux PC qui me sert de disque dur de sauvegarde, de serveur d'impression et de disque réseau. Il communique en Wi-Fi avec mon MacBook Air de sorte que je ne branche jamais rien sur ce portable, sauf des clés USB et l'adaptateur VGA. Je peux aussi utiliser le PC, via Microsoft Remote Desktop : c'est encore mieux que d'avoir Windows installé sur son Mac ! Mes collègues étaient bluffés de voir qu'une machine de 2000 avait déjà le Wi-Fi et fonctionnait comme une horloge avec un système de 2006 (Tiger)" raconte Christophe.

Pour James, agent d'assurance, le MBA fut l'occasion de découvrir l'informatique côté Apple "C'est mon premier Mac, il vient en complément d'un PC de bureau et d'un ultra portable Sony Vaio TR2MP. Une machine qui va se chercher un nouveau papa d'ici peu… C'est dire combien je suis satisfait de mon Air. Mais je lui ai quand même déniché quelques accessoires."


Les raisons du choix

"Son design, sa finesse, son poids.... tout pour me plaire" explique François quant au choix de ce modèle "un achat motivé presque uniquement pour sa légèreté et aussi parce que c'est un Mac" renchérit Gaëtan qui l'emmène tout le temps avec lui à la fac.

Stéphane, l'étudiant en droit, cherchait une machine "avec un design élégant et léger pour prendre des notes en amphi", mais il souligne avoir été "avant tout séduit par la beauté du produit"… qu'il transporte dans une banale pochette élastique.

Convaincu par son test de switch avec son iBook multicolore, Christophe est passé au MacBook Air. Question équipement et performances, l'Air pouvait difficilement faire moins bien que la "palourde" et son prix restait inférieur à celui d'un MacBook Pro.

Pour James c'est la machine dans sa globalité qui a entrainé l'adhésion "Son look, son poids, le clavier rétroéclairé, la coque aluminium, le toucher du clavier est excellent tout comme le trackpad, la taille de l'écran est parfaite dans le compromis dimensions/confort visuel. Sur mon Vaio l'écran 10,6" en 1280x768 c'était trop juste."

Pierre-Marie lui ne trouvait rien à redire aux choix techniques d'Apple "pas de SuperDrive, un seul port USB, tout qui passe par le Wi-Fi…" et au positionnement du portable "le prix m'a convenu, j'estime que le rapport qualité-prix est dans une bonne moyenne pour une machine de cette qualité."

Chez Max qui se décrit comme "gadgetomaniaque compulsif et Apple addict depuis l'Apple IIe", le MacBook Air est une station mobile pour l'email, le web et le traitement de texte. À l'iMac sont dévolues les tâches un peu plus gourmandes en puissance "Je ne me sers pas d'un portable pour mon métier, c'est uniquement à des fins personnelles ou alors vraiment occasionnellement (prendre des notes à une conférence, etc.).                                                                                         


L'adéquation entre les besoins et la réalité

Satisfaction dans l'ensemble pour le groupe d'étudiants, la machine tient parfaitement son rôle "on l'emmène sans réfléchir" et comme il est fin "je peux le cacher dans mon sac de cours" complète Gaëtan.

Pierre-Marie est séduit par sa capacité à être emmené absolument partout "je l'utilise plus "au lit", dans le noir, car il est très léger et surtout avec un clavier rétroéclairé ; cela me permet de lire dans n'importe quelle position, de la même manière que je lirais un livre ou un magazine. Quasiment tous mes magazines sont dématérialisés, soit parce que je suis abonné à une offre en ligne chez Relay pour télécharger à volonté parmi 400 magazines, soit parce que dès l'achat ou la réception, je passe le magazine au massicot et je scanne avec le ScanSnap de Fujitsu".

Il juge par contre le disque dur un peu juste "Sa taille m'interdit d'embarquer ma bibliothèque iTunes mais l'iPod, et bientôt l'iPhone, n'est jamais très loin. Le positionnement du haut-parleur ne permet pas vraiment une écoute en tapant, la position des doigts interférant dans le timbre perçu ! Mais je chipote…"

Chez Stéphane, étudiant, le MacBook Air est en relation étroite avec l'iMac "Mes gros fichiers audio et vidéo sont sur mon iMac et sur mon disque dur externe branché à une borne AirPort Extreme. Dès lors, je peux aisément profiter de ces fichiers depuis mon MacBook Air sans pour autant encombrer son disque dur.

Satisfécit, mais avec aussi quelques nuances chez Christophe, le directeur de société "J'en suis pleinement satisfait et le gain de productivité de Leopard face à Windows XP est important sauf pour la saisie de rendez-vous dans iCal. J'utilise encore beaucoup Office 2004, qui tourne bien. Le haut parleur unique est bon pour ce à quoi il me sert, c'est-à-dire iChat, le clavier rétroéclairé est un plaisir, même si je trouve le toucher du nouveau clavier iMac plus agréable. Le trackpad utilisable avec "36 doigts" est un gadget en utilisation professionnelle. Les applications qui en profitent sont très limitées. Je ne m'en sers pour ainsi dire jamais. De même, il est regrettable d'avoir à acheter une application tierce pour faire fonctionner Apple Remote avec un peu plus de choses que les logiciels Apple."


Le bilan des plus et des moins

L'autonomie de la batterie reçoit des critiques très différentes. Elle est "mauvaise et décevante" pour Gaëtan alors que Max la trouve "très satisfaisante"… De façon plus générale, la majorité de nos témoins la jugent trop faible. Pointés du doigt aussi les montées en température et le bruit de ventilateur associé, "dès qu'on se trouve sur un site comme Dailymotion ou YouTube, le ventilateur se met en branle à cause de l'activité processeur trop intense. Le système de refroidissement n'est pas assez efficace et ça entraîne des ralentissements. C'est particulièrement vrai avec les vidéos Flash" constate Stéphane.

Max dit aussi avoir observé les mêmes symptômes liés à Flash dans son utilisation de Firefox. Même appréciation chez Christophe "il chauffe parfois assez rapidement sans raison apparente ou avec certaines animations sur Internet. Il faut aussi se méfier de ne pas le poser sur une couverture ou sur certaines nappes un peu épaisses, les aérations se trouvant alors obstruées."

Pierre-Marie lui ne trouve rien à redire sur le bruit de la machine. Il la juge très silencieuse, plus encore qu'un MacBook. En revanche, il a eu à déplorer une panne du ventilateur ayant amené à son remplacement par un autre "comme l'aspiration d'air se fait par le clavier, je me demande si ce portable n'a pas tendance à avaler beaucoup de poussière ambiante, par exemple, de la poussière de craie, puisque je suis prof'."

Dotée d'un processeur moins puissant que les autres MacBook, la machine a aussi ses limites "Sans lui en demander trop, je réserve cela à l'iMac, il peine parfois quand plusieurs applications sont ouvertes et au démarrage. Un MacBook Air sous Centrino 2 ferait fureur et un second port USB serait un réel plus", estime François.

"Le disque dur est un chouia poussif" juge James, rejoint en cela par Pierre-Marie " Il est lent et le processeur plus lent que sur un MacBook Core 2 Duo à 2 GHz, mais cela ne se fait pas beaucoup sentir sauf lors de la toute première installation. À noter, l'utilisation de iWeb sur un gros site ou le déclenchement de Time Machine peuvent suffire à faire décoller le ventilateur. Mais ça ne posera de problème que dans un lieu absolument silencieux."

Gaëtan énonce d'autres griefs "le capot qui une fois fermée vient appuyer sur le bouton du trackpad au point de le marquer, la webcam à la qualité d'image décevante comparée à l'iSight des autres MacBook (voir aussi l'article D'un Mac à l'autre souvent iSight varie), les touches qui font un peu cheap comparées à celles de l'ancien PowerBook." Ce clavier reçoit d'ailleurs des avis complètement opposés sur son confort de frappe, d'aucuns l'appréciant énormément.

Des problèmes plus sérieux ont été constatés laissant penser à une mauvaise série. Outre le problème de ventilateur évoqué par Pierre-Marie, Florence a dû changer la carte mère au bout de quelques semaines et François a repéré des déformations sur la coque dues à la chaleur ainsi qu'un problème de touche folle (le K) qui parfois s'active et s'emballe.

De son côté, James a entouré son Air de quelques périphériques comme un disque externe 2,5 pouces pour compléter l'interne "un peu trop juste" en capacité. Il a aussi branché un AudioHub de Logitech (ci-dessous) pour pallier la sortie audio mono du MBA assez anémique ainsi qu'un graveur Samsung "le lecteur spécifique à l’Air fait par Apple est à proscrire à mon sens. Il vampirise à lui seul toute l'alimentation produite par l'unique port USB. Avec un lecteur d'une autre marque, on évite ce problème et en plus le coût sera inférieur au lecteur d'Apple" ajoute James qui admet toutefois ne pas trop s'en servir, et de reconnaitre que sur l'absence d'un graveur intégré, "Apple a finalement peut-être eu raison".                                                                                                          

 

En revanche, Pierre-Marie déplore qu'il faille acheter séparément l'adaptateur USB/Ethernet "L'absence de port Ethernet est parfois contraignante, en particulier lors de gros transferts de fichiers (synchronisation) entre machines et/ou avec la borne Time Capsule. Apple devrait à mon sens fournir le petit adaptateur de série, je me refuse à l'acheter par cohérence dans mes choix et parce que je peux bien attendre quelques minutes de temps en temps plutôt que rajouter 30€".

En plus de son look et de sa légèreté, l'écran sa luminosité et ses dimensions sont largement plébiscitées. Apple a joué la carte d'un écran de format standard et c'est une décision appréciée. Pas superflu non plus le clavier rétroéclairé et le grand trackpad qui participent au confort d'utilisation "taper des cours dans l'obscurité par exemple ne me fatigue plus autant les yeux" constate Florence.

Pierre-Marie abonde dans le même sens "L'écran est merveilleux, très lumineux, utilisable même en plein soleil, et le réglage en fonction de la luminosité ambiante, très gadget, est en réalité très utile. C'est bluffant dans le train lors du passage dans un tunnel, les capteurs du MacBook Air répondent bien mieux que ceux de la SNCF pour l'éclairage du wagon ! Je peux taper sans aucune interruption, faisant fi des conditions d'éclairage ! Très forte impression sur les passagers autour aussi !"


Les déceptions ou problèmes énumérés, chacun se dit toutefois satisfait de son achat "pas grand-chose à lui reprocher" déclare Christophe, "une finesse et une légèreté incroyable et une absence de graveur qui ne me posent pas de problème" poursuit François, "La machine est splendide, un vrai bijou. La coque est très solide, aucune déformation en soulevant la machine par un coin, je la transporte souvent ainsi sans aucune appréhension. Apple a réussi son coup, toute ma vie professionnelle et personnelle est dans ma machine !" lance Pierre-Marie.

Les grosses critiques visent plus des points de finition, inacceptables au vu du prix de la machine, mais que l'on peut juger (ou espérer) comme rattrapables et corrigés avec les séries actuelles, et des limites sur les performances. Mais sur ce dernier point le curriculum vitae du MacBook Air était assez clair. S'agissant de son concept et de ses caractéristiques générales elles semblent bien avoir tapé dans le mille et les profils types d'utilisateurs dessinés par Apple au lancement du MacBook Air ne sont finalement guère différents de ceux de notre échantillon.



15/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres