Africa teaching

Infos pratiques

Faux antivirus Norton, mais vrai cheval de Troie

Sophos a découvert l’existence d’un cheval de Troie se faisant passer pour une copie gratuite du logiciel Norton AntiVirus 2008. Celui-ci est proposé via un lien commercial de Google qui s’affiche lorsque les utilisateurs effectuent une recherche sur les mots-clés « free antivirus ». Ce lien mène à un site d’aspect professionnel, qui propose de télécharger gratuitement un logiciel antivirus.

Le site Web a en réalité pour objet d’installer un cheval de Troie, Troj/FakeAV-AD, qui génère de fausses alertes de sécurité, avant de proposer à l’utilisateur de commander une version complète du programme.

Dans l'état actuel des choses, les francophones devraient être moins touchés étant donné que les recherches portent sur antivirus gratuit mais mieux vaut être prudent, les pirates peuvent également utiliser le même mode opératoire avec « antivirus gratuit » !

Pour plus d'informations : http://www.sophos.fr/

 

Vers un Windows sans bug


Microsoft a annoncé qu’il allait mettre à disposition de qui le voudra le code source de ses produits phares comme Vista, Office 2007 et SQL Server.

Pour ceux qui ne voient pas ce que cela va concrètement apporter, cela va nous mener vers des applications réellement faites et développées pour Windows, ce qui n’était pas réellement le cas auparavant, impliquant donc une stabilité démultipliée.

Toutefois cette documentation serait disponible moyennant une somme d’argent dite “raisonnable” par Steve Ballmer. Cela peut paraître anodin pour certains d’entre vous mais c’est en fait le geste que Microsoft aurait dû faire depuis des années et qui va certainement changer le comportement des grands développeurs Windows et des développeurs bénévoles “linuxifiés” dans les années à venir.

Cela ne marque certainement pas la fin de notre cher BSOD mais il se fera rare . . .

source : generationmp3

 


La plus grande attaque informatique militaire ...de tous les temps.

Gary McKinnon devrait finalement être extradé aux Etats-Unis. A moins que…

McKinnon, un britannique de 42 ans, est un administrateur de sytèmes informatiques au chômage qui a piraté les ordinateurs du Pentagone, de la US Navy et de la NASA pendant plus d’une année entre 2001 et 2002.

Son intrusion est qualifiée par les Etats-Unis de la plus grande attaque informatique militaire de tous les temps.

S’il était jugé au Royaume-Uni, l’homme ne risquerait guère plus qu’une grosse amende et six mois de travaux communautaires. Mais aux Etats-Unis il fait face à 70 ans de prison, pourrait se retrouver devant un tribunal militaire et envoyé à la prison de Guantanamo. Dans les faits, même s’il est extradé, la justice américaine sera certainement beaucoup plus clémente bien qu’elle veuille faire de ce cas un exemple pour les hackers.

McKinnon a utilisé un simple ordinateur et un modem 56K pour rentrer dans le système militaire américain depuis la maison de la tante de sa petite amie, dans le nord de Londres.

Ses attaques ont causé la perte de fichiers importants sur le 11 septembre, la mise hors service de 2000 ordinateurs pendant une journée complète, mis la main sur 950 mots de passe et causé environ pour 900 000 dollars de dégâts.

L’homme, passionné d’OVNI, s’est toujours défendu de ne vouloir que vérifier la preuve d’existence des extra-terrestres, chose qu’il a pu confirmer selon ses dires. Il affirme même que le gouvernement américain s’est basé sur des technologies extra-terrestres récupérées sur des vaisseaux spaciaux pour développer une technologie antigravité.

source : vincentabry



29/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 125 autres membres